>> retour aux concerts


- samedi 5 mai 2018 - 20h30   église protestante de 67113 Blaesheim       plan d'accès     travaux >> itinéraire





Iida Hirvola, violoncelle
Janna
Joncheray-Kuipers, violon
Matthieu
Brechet, piano


L. van Beethoven : Sonate pour violoncelle et piano n° 3 en La majeur, op. 69
    I   Allegro ma non tanto
    II  Scherzo
    III Adagio cantabile – Allegro vivace

Franz Schubert : Trio n° 1 en Si bémol majeur, op. 99
    I  Allegro moderato
    II Andante un poco mosso
    III Scherzo
    IV Rondo. Allegro vivace

12€ / 8€ étudiants - carte Accent4
billetterie









    Créé en 2017, à l’initiative de la violoncelliste Iida Hirvola, le trio Céphéide se produira à Blaesheim pour son premier concert, samedi 5 mai à 20h30. C’est notamment grâce au programme Erasmus et à l’ouverture européenne que les trois musiciens se sont rencontrés à Strasbourg. En effet, Janna Joncheray-Kuipers est née aux Pays-Bas et y a étudié le violon avant de terminer ses études à Bruxelles. Iida Hirvola est née en Finlande, y a étudié le violoncelle et termine ses études à Strasbourg dans la même promotion que Matthieu Brechet, le pianiste. Tous les trois ont décidé de mettre en commun leur passion pour la musique de chambre afin d’aborder les grandes œuvres du répertoire. Ce premier concert sera l’occasion d’explorer deux chefs-d’œuvre : la troisième sonate pour violoncelle et piano op. 69 de L.V. Beethoven et le trio n°1 op. 99 (1827-1828) de F. Schubert.
    L’un des intérêts des cinq sonates pour violoncelle et piano que Beethoven a composé est qu’elle couvre différentes périodes créatrices de sa vie de compositeur. Les deux premières sont de jeunesse, les deux dernières ont été composées alors que Beethoven devenait complètement sourd. Entre ces deux périodes se trouve la troisième sonate, composée en 1808. Très lumineuse dans son caractère, elle a été composée quasiment en même temps que les cinquième et sixième symphonies ainsi que l’ouverture Coriolan, preuve de l’extraordinaire inspiration qui traversait Beethoven à ce moment-là !
    Grand admirateur de Beethoven, c’est sûrement en s’inspirant de son exemple que Schubert s’est lancé dans une belle production de musique de chambre. Les deux trios pour violon, violoncelle et piano sont des œuvres de grandes envergures. Même si le deuxième trio est le plus connu (notamment par la réutilisation qu’en a fait Kubrick pour la musique de son film Barry Lindon), le premier est tout autant en chef-d’œuvre. Schubert y fait preuve d’une fabuleuse inventivité mélodique et harmonique. Il y montre aussi une maîtrise de la grande forme qu’il développe sans jamais faiblir.
    Schubert était réputé pour son caractère triste et mélancolique, Beethoven pour son côté sombre et tourmenté. Pourtant, les deux œuvres choisies ici sont d’une grande luminosité. L’humour et les références à la culture populaire viennoise participent au charme de ces compositions. Par leur optimisme et leur fabuleuse foi en l’humanité, ces musiques font du bien à l’âme !






Iida Hirvola est une violoncelliste d'origine finlandaise. Elle obtient son diplôme en violoncelle et pédagogie à l'Académie de musique de Tampere et un master d'interprétation à l'Académie supérieure de Musique de Strasbourg dans la classe de Véronique Fuchs.
Elle a eu l'occasion de se produire au sein de l'ensemble Accroche Note, Tampering Ensemble et ensemble AxisModula, qui se consacrent à la création contemporaine.
Passionnée par les possibilités que la voix humaine apporte dans le jeu instrumental, son projet solo se focalise sur le répertoire contemporain pour violoncelle seul qui intègre la voix de l'interprète, et ainsi à la simultanéité du jeu instrumental et vocal.
Iida Hirvola partage sa passion de la musique en tant que professeur de violoncelle à La Vill’A, Maison d’enseignement et de pratique des Arts d'Illkirch-Graffenstaden.








Janna Joncheray-Kuipers
Inspirée par la musique de chambre, Janna Joncheray-Kuipers a débuté son parcours de violoniste aux Pays-Bas et l'a continué en Belgique et en France.
Elle a suivi des études supérieures avec Naaman Sluchin au Koninklijk Conservatorium de Bruxelles, et a fini son Master avec distinction en 2015. Grâce à sa curiosité et à ses expériences internationales, elle a su se construire un répertoire varié, qui va de l’interprétation originale de la musique baroque jusqu'à l'expressivité de la musique classique contemporaine.
Pendant les années passées elle a eu l'occasion de travailler avec Ana Reverdito-Haas, Marina Chiche, Vaclav Remes du Pražák Quartet, le Fauré quartett, Sigiswald Kuijken, Chiara Banchini, Amiram Ganz, Alexis Galpérine, etc.
Aujourd'hui elle s’investit dans la musique de chambre et des projets en collaboration avec les différentes disciplines artistiques. Elle est professeur de violon à l’École de Musique et de Danse de Wintzenheim.








Matthieu Brechet, piano
Né à Mont-de-Marsan (Landes), Matthieu Brechet débute ses études musicales au Conservatoire de Bordeaux où il obtient quatre Diplômes d’Études Musicales : piano (classe d’Hervé N’Kaoua), formation musicale, écriture et contrepoint, musique de chambre. Il y étudie aussi l’accompagnement, la composition, le jazz et le cor d’harmonie. Poursuivant ses études au Pont Supérieur de Rennes dans la classe de Ludovic Frochot, Matthieu Brechet y obtient sa licence de musicien interprète (DNSPM).
En 2014, il obtient un premier prix au concours Claude Kahn dans la catégorie Supérieur.
En 2015, il entre en master d’interprétation à l’Académie Supérieure de Musique de Strasbourg dans les classes de Laurent Cabasso et Michel Gaechter. Il y valide son master avec la mention très bien. Il rédige dans ce cadre un mémoire autour de l’œuvre du compositeur Morton Feldman, sous la direction d’Alessandro Arbo.
Tout au long de ses études, il a pu bénéficier des conseils de Bruno Rigutto, Boris Berman, Pascal Devoyon, Emmanuel Mercier, Florent Boffard, Rikako Murata...